Quels sont les congés d’accompagnement proposés aux salariés ?

Quels sont les congés d’accompagnement proposés aux salariés ?

Votre salarié s’absente régulièrement, se retrouve en carence de jours de congés payés mais il est toujours là, essayant de faire son travail au mieux. Vous avez appris qu’il était aidant, aidant pour un membre de sa famille, une personne proche, un enfant. Mais alors, comment faire pour qu’il puisse conjuguer sa vie professionnelle et sa vie personnelle car vous ne voulez pas perdre ce bon élément ?   

Malgré une réorganisation de ses horaires et de son travail, votre salarié ne réussit pas à gérer les deux aspects de sa vie. Il faut alors se tourner vers d’autres solutions.

Il y a tout d’abord le congé de proche aidant :

Ce congé permet au salarié de cesser temporairement son activité professionnelle pour s’occuper d’une personne handicapée ou faisant l’objet d’une perte d’autonomie d’une particulière gravité.

La personne accompagnée, résidant en France de façon stage et régulière, peut-être :

• La personne avec qui votre salarié vit en couple (mariage, pacs ou concubinage),

• Son ascendant, descendant ou collatéral jusqu’au 4ème degré

• L’ascendant, le descendant ou le collatéral jusqu’au 4ème degré du conjoint

• Une personne âgée ou handicapée avec laquelle le salarié entretien des liens étroits et stables, et qu’il aide de manière régulière et fréquente à titre non professionnel pour accomplir tout ou partie des actes ou des activités de la vie quotidienne

Ce congé de proche aidant peut être accordé, en l’absence de dispositions conventionnelles plus favorables, pour une durée de 3 mois, renouvelable dans la limite d'un an sur l'ensemble de sa carrière professionnelle. Ces absences peuvent être fractionnées ou prises dans le cadre d’un temps partiel (en accord avec vous). Ce congé peut être refusé que si le salarié ne remplit pas les conditions préalablement citées.

Ensuite, il y a le congé de solidarité familiale. Ce congé permet au salarié d’assister un proche dont la maladie met en jeu le pronostic vital. Il concerne spécifiquement un proche en fin de vie.

Ce congé est destiné à un descendant, un ascendant, un frère ou une sœur, ou une personne partageant le même domicile ou étant désigné comme personne de confiance.

Sauf convention ou accord collectif d'entreprise, convention collective ou accord de branche plus favorable, la durée maximale est de 3 mois, renouvelable une fois.

Ce congé contrairement au précédent ne peut être refusé.

A destination des parents s'occupant d'un enfant (à charge effective et permanent) de moins de 20 ans gravement malade, accidenté ou handicapé, il y a le congé de présence parentale.

Il se présente sous la forme d'un crédit de 310 jours de congés soit 14 mois sur une période de 3 ans, renouvelable, en cas de rechute ou de récidive en suivant la même procédure.

En plus de ces congés particuliers, d’autres solutions existent (sous certaines conditions) :  

Il y a le don de jours de repos au parent d'un enfant gravement malade, la possibilité de bénéficier de 2 jours de congés supplémentaires pour les parents d'enfants en situation de handicap ou encore dans le cadre de dérogations individuelles, il est possible de proposer à votre salarié de prendre la durée de ses congés en une seule fois.

Dans tous les cas, la demande de congé doit être formalisée, de préférence par écrit avec un délai de prévenance, pour que vous puissiez vous organiser afin de faire remplacer votre salarié (sauf nécessité absolue) et vous n’aurez aucune rémunération à verser durant l’absence de ce dernier. Votre salarié, quant à lui, a la garantie de retrouver son emploi ou poste équivalent à son retour.

Même si la situation est délicate, il est préférable d’ouvrir le dialogue avec votre salarié. Cela permettra d'anticiper et de palier à une éventuelle absence prolongée, de favoriser un climat social plus serein et vos salariés seront, à juste titre, apprécier la nature humaine de votre établissement.


Une question, un besoin ?

Nous sommes à votre écoute !